C’est pas un SOS, mais l’équipe de Strasbourg est un peu (Epi)nul

On dit beaucoup de choses sur les jeunes de nos jours. Généralement c’est négatif. Mais dans le foot, une injection de jeunesse peut souvent fournir une étincelle qui est autrement manque de l’équipe des hommes plus agés et plus sages (bien que cette étincelle peut être assez temporaire). Ihsan Sacko (né le 19/07/1997 – ie, il a 18 ans) n’ai fait pas un impact en termes des buts dans le match de Racing Club de Strasbourg Alsace contre SAS Epinal, après être entré comme un remplacement en le deuxième mi-temps, mais il mérite d’être un focus toutefois.

Racing n’a pas bien commencé le match. Les passes simples mais négligé donné le ballon de l’opposition dans les premières minutes qui, pour une équipe en deuxième place du classement et avec l’espères de la promotion à Ligue 2 ce saison (après la liquidation en 2011), n’est pas bien.

Pas bien devenu actuellement mal dans la 11e minute, quand un centre de la gauche d’Epinal était marqué par Di Pinto, au milieu d’une foule de quatre joueurs de SAS. C’était quelque chose d’une caractéristique du jeu d’Epinal. Ils attaquent généralement avec 4-6 joueurs sur ou autour les épaules des défenseurs de Strasbourg. Tandis que ce laisse virtuellement aucuns milieux les derrières, ce forcé les milieux de terrain de Racing en arrière, et leurs deux attaqueurs et deux ailiers généralement ne semblent pas prêt de retraite proprement ou rapidement.

Strasbourg a égalisé cinq minutes plus tard, quoique quelque peu avec de la réussite. Ils ont eu déjà une réclamation pour un penalty – bien que pas un fort – et dans le 16e minute un était donné, mais la gravité de la ‘faute’ n’était pas beaucoup plus fort que la demande qui a été dénié. Jérémy Blayac (un bon « journeyman » attaqueur) converti.

Blayac career

La carrière trajectoire de Jérémy Blayac

La reste de la première mi-temps n’a pas inclure beaucoup plus de la note. La persistance de Racing de jouer un 4-4-2 avec 1.63m (5’ 4’’) Ladislas Douniama comme un des deux en attaque était étrange, étant aucune possibilité pour lui de soit gagner les coups de tête ou courir sur les longs ballons dans le dos de la défense. La formation aussi entravé Strasbourg en la défense et la préparation, généralement laisse le milieu de terrain trop vide.

Jérémy Grimm était peut-être le meilleur joueur sur le terrain (en la performance de cet équipe au moins) dans le milieu de terrain, brise les attaques d’Epinal comme il était le Hulk et ils sont les objets smashable. L’athlétisme, cependant, ne semble pas d’être son point fort, ce qui signifie que son efficacité était limitée.

Avec un trou dans le milieu du terrain, Racing compté sur ses ailes. Dimitri Lienard était moyen sur la gauche, en occasion fait offre quelque chose de valeur quand il lui trouve sur l’autre aile et pourrait friser dans la surface un bon centre avec son pied gauche. Denis Bouanga – une nouvelle recrue en janvier – est un dribbleur fantastique et un ailier rusé, mais sa vision pour voir un ballon final est quelquefois manque, et était cet façon dans le match.

S’avancer Ihsan Sacko. Remplacé dans le match dans le deuxième mi-temps pour Lienard, il d’abord semble un peu comme un autre Bouanga, déferlant à la défense d’Epinal dans une manière similaire, mais bientôt montré plus de valeur. Après ayant le ballon prise de lui, dans quoi semble d’être une faute, il récupéré pour gagner le ballon encore. Le ressort de jeunesse.

Il a continué d’être prêt de défendre partout dans le match, son placement bien et encouragent sur le ballon quand il le reçu. Quand Blayac était remplacé avec 15 minutes restant, l’équipe changé au 4-5-1, Sacko déplacé au centre du terrain. Le changement tactique marché bien, et la combinaison de ça et l’addition de Sacko donné à Racing un sens de domination qu’ils n’ont pas vraiment bénéficié durant le match.

Seulement quelques minutes plus tard, ils ont un autre penalty. Un tacle sur la substitute Belahmeur – qui était environ le même type comme ça des deux plus tôt appels pour un penalty – était suivi par un coup de main par un joueur d’Epinal comme il apporté le ballon hors de la surface pour rompre. Pour une seconde ou deux le jeu continué, avant l’arbitre a proté le sifflet à se bouche, pour beaucoup se plaindre et un peu de confusion. Aussitôt que ça s’est calmé, Bouanga donné lui-même un but qui, en vérité, il ne mérité pas.

Strasbourg tiennent assez facilement pour la reste du match. Bien qu’ils n’étaient pas à assez dominante pour une équipe qui cherche pour promotion, Epinal aussi ne menacé pas le but de Racing beaucoup durant le jeu. S’ils gagnent promotion (ils sont maintenant 2 points derrière les leaders Marseille Consolat avec 11 journées restant), le première 70 minutes m’a donné des raisons d’être inquiet, quoique le 20 dernières minutes peuvent laisser espérer. Par ailleurs je remarque que dans les deux matchs que j’ai vu ils ont marqué 4 but – dont 3 sur penalty.

[FT: Racing Club de Strasbourg Alsace 2 (Blayac 16’ p., Bouanga 81’ p.); SAS Epinal 1 (Di Pinto 11’)]

 

[Merci à Sébastien Chapuis (@SeBlueLion_EN) pour les corrections]

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s